Sans-titre-33

Pourquoi la France change de stratégie avec la Russie

Olivier Philippe-Viela,

La France et la Russie ont relancé les réunions du comité consultatif de coopération et de sécurité entre les deux pays, qui n’avaient plus eu lieu depuis cinq ans.

“Le Kremlin attendait cela depuis cinq ans.” La politologue basée en France Tatiana Stanovaya, directrice de l’institut R.Politik et membre du Carnegie Moscow Center, se fait le relais du point de vue d’officiels russes avec qui elle a pu discuter, à propos du réchauffement des relations entre Emmanuel Macron, le président français, et son homologue russe Vladimir Poutine, initié le 19 août par une visite du second au premier à Brégançon, dans le Var.

Le revirement du président français peut étonner, alors qu’Emmanuel Macron était jusqu’à présent resté, dans ses rapports avec Vladimir Poutine, sur une ligne de fermeté similaire à celle de son prédécesseur François Hollande. “Depuis son élection il y a deux ans, il se cherche des succès géopolitiques”, avance Tatiana Stanovaya.

Améliorer les rapports avec le Kremlin serait une manière pour le chef de l’État français de s’émanciper de la tutelle géopolitique américaine : “Emmanuel Macron s’est battu pour une politique étrangère plus souveraine et indépendante et, dans le contexte de la perte de l’initiative de l’Allemagne, il avance, en devenant le premier dirigeant occidental – parmi le G7, mais sans compter Trump – qui propose à l’Ouest une nouvelle stratégie vis-à-vis de la Russie”, poursuit la politologue russe.

Mais comment justifier un tel changement de ton ? L’échange samedi 7 septembre de 70 prisonniers entre la Russie et l’Ukraine, dont le cinéaste Oleg Sentsov, a été une aubaine diplomatique. “Macron veut activer le dialogue sur la sécurité européenne et la lutte commune contre les conflits régionaux, détaille Tatiana Stanovaya. Désormais, il pourra toujours dire que la Russie a fait d’importants progrès dans le conflit avec l’Ukraine. Cette avancée ouvre la porte à une coopération et laisse pour l’instant de côté les désaccords. Pour la Russie, cela marque une nouvelle étape de la crise géopolitique, un point pivot qui contourne la tendance négative issue de l’annexion de la Crimée.”

Cependant, pour que des négociations soient réussies, les deux parties doivent s’y retrouver, ce que confirme la politologue russe : “Le réchauffement des relations avec Paris a un sens géopolitique immense pour le Kremlin. C’est une démonstration de ce qui se passe lorsque les dirigeants occidentaux se montrent moins partisans avec la Russie. Poutine voudrait prouver aux élites occidentales qu’un partenariat normal avec la Russie est bénéfique pour tous.”

READ MORE

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

Cookies & Privacy

By continuing to browse, you are agreeing to our use of cookies as explained in our Conditions générales.

Sign up for our emails!

Receive updates and news from R.Politik

Your email is safe with us, we don’t spam.