R.Politik CEO and founder, Tatiana Stanovaya, is regularly quoted by major Russian and international media outlets. She is available for commentary in Russian and English.

Commentary for Los Angeles Times

Putin seems to be enjoying the Trump impeachment show

Commentary for The Moscow Times

‘The Dragon Has Unclenched Its Jaws’: 25,000 Rally in Moscow to Demand Release of Jailed Protesters

A movement for fair elections that began in July has turned into a protest against the crackdown.
Commentary for La Croix

Les Russes se mobilisent contre les condamnations

Habituellement silencieux ou fidèles au pouvoir, des professeurs et des prêtres ont rejoint d’autres professions qui dénoncent la sévérité des condamnations des participants aux manifestations estivales en faveur d’élections libres.

  • Olivier Tallès,

La probable libération de l’acteur Pavel Oustinov porterait un coup à la politique répressive défendue par le camp des silovikis, ces fonctionnaires issus des services de sécurité et de police qui ont souvent l’oreille de Vladimir Poutine au détriment des civils. « Par leur approche rigide consistant à étouffer à n’importe quel prix toute contestation, ils ont réussi à s’aliéner des groupes sociaux qui étaient loyaux au régime, constate Tatiana Stanovaya, du groupe de réflexion R.Politik. La décision du parquet de libérer finalement Pavel Oustinov montre que le Kremlin ne peut pas totalement ignorer les protestations. »

The Russia-Ukraine conflict: Hopeful signs of rapprochement have dissipated

Tatyana Stanovaya on why the recent Russian-Ukrainian rapprochement has reverted to more hostility

Over the past three months, Russian-Ukrainian relations have been on a roller coaster; in summer 2019, we witnessed an unexpected detente, culminating in an exchange of prisoners of war in September after four years of stagnant enmity. Then, just two weeks after the first long-overdue success, a deep disappointment followed. On September 18, the Trilateral Contact Group on Ukraine failed to agree on a roadmap for the implementation of the so-called Steinmeier Formula, thereby postponing the prospect of a full-fledged Normandy Four summit in Paris. The carefully opened window of opportunity seems to have been slammed shut again. And the recent Ukraine-Gate in the U.S., which has seriously undermined President Volodymyr Zelensky’s position, will obviously be used by Moscow against the inexperienced Ukrainian leader.

READ MORE

 

Commentary for L’Express

Pourquoi la France change de stratégie avec la Russie

Olivier Philippe-Viela,

La France et la Russie ont relancé les réunions du comité consultatif de coopération et de sécurité entre les deux pays, qui n’avaient plus eu lieu depuis cinq ans.

“Le Kremlin attendait cela depuis cinq ans.” La politologue basée en France Tatiana Stanovaya, directrice de l’institut R.Politik et membre du Carnegie Moscow Center, se fait le relais du point de vue d’officiels russes avec qui elle a pu discuter, à propos du réchauffement des relations entre Emmanuel Macron, le président français, et son homologue russe Vladimir Poutine, initié le 19 août par une visite du second au premier à Brégançon, dans le Var.

Le revirement du président français peut étonner, alors qu’Emmanuel Macron était jusqu’à présent resté, dans ses rapports avec Vladimir Poutine, sur une ligne de fermeté similaire à celle de son prédécesseur François Hollande. “Depuis son élection il y a deux ans, il se cherche des succès géopolitiques”, avance Tatiana Stanovaya.

Améliorer les rapports avec le Kremlin serait une manière pour le chef de l’État français de s’émanciper de la tutelle géopolitique américaine : “Emmanuel Macron s’est battu pour une politique étrangère plus souveraine et indépendante et, dans le contexte de la perte de l’initiative de l’Allemagne, il avance, en devenant le premier dirigeant occidental – parmi le G7, mais sans compter Trump – qui propose à l’Ouest une nouvelle stratégie vis-à-vis de la Russie”, poursuit la politologue russe.

Mais comment justifier un tel changement de ton ? L’échange samedi 7 septembre de 70 prisonniers entre la Russie et l’Ukraine, dont le cinéaste Oleg Sentsov, a été une aubaine diplomatique. “Macron veut activer le dialogue sur la sécurité européenne et la lutte commune contre les conflits régionaux, détaille Tatiana Stanovaya. Désormais, il pourra toujours dire que la Russie a fait d’importants progrès dans le conflit avec l’Ukraine. Cette avancée ouvre la porte à une coopération et laisse pour l’instant de côté les désaccords. Pour la Russie, cela marque une nouvelle étape de la crise géopolitique, un point pivot qui contourne la tendance négative issue de l’annexion de la Crimée.”

Cependant, pour que des négociations soient réussies, les deux parties doivent s’y retrouver, ce que confirme la politologue russe : “Le réchauffement des relations avec Paris a un sens géopolitique immense pour le Kremlin. C’est une démonstration de ce qui se passe lorsque les dirigeants occidentaux se montrent moins partisans avec la Russie. Poutine voudrait prouver aux élites occidentales qu’un partenariat normal avec la Russie est bénéfique pour tous.”

READ MORE

Commentary for Le Monde

Entre le Kremlin et la classe moyenne russe, un divorce profond et durable

En empêchant la participation des candidats de l’opposition aux élections locales, dimanche, le Kremlin a probablement amplifié le mécontentement des électeurs.

Par

Tatiana Stanovaya, du groupe de réflexion R.Politik, M. Poutine a été informé, en juillet, sur la contestation estivale directement par Alexandre Bortnikov, le patron du FSB, et Nikolaï Patrouchev, celui du Conseil de sécurité, qui lui ont présenté les manifestations comme une tentative pilotée depuis l’Ouest de déclencher une « révolution de couleur », un Maïdan en plein cœur de la capitale. Qu’ils y croient ou non importe peu – la rhétorique complotiste a contaminé depuis longtemps les hautes sphères de l’Etat –, le résultat est que le Kremlin a choisi la répression plutôt que le dialogue. Après les matraques de juillet-août ont suivi les condamnations pénales de septembre.

READ MORE

Commentary for AFP

Russians go to polls after summer of protests

September 8, 2019 | Agence France-Presse

Tatyana Stanovaya, head of the R.Politik analysis firm, said the campaign exposed a growing rift between authorities bent on preserving the status quo and Russians wanting political change.

“The Moscow parliament elections have become a litmus test of the authorities’ ability to accept this new reality,” Stanovaya told AFP.

Authorities briefly jailed nearly all opposition politicians seeking to get on the ballot in Moscow.

Several people were also imprisoned for alleged violence against police, even though opposition supporters said their rallies were peaceful.

Commentary for CBC News

After the largest street protests in years, Russia’s opposition asks what’s next?

Chris Brown · CBC News · Posted: Sep 09, 2019 4:00 AM ET

“Society itself is very frustrated,” said Tatiana Stanovaya, a non-resident scholar at Moscow’s Carnegie Centre.

We don’t have [political] campaigns — the effort of the Kremlin to move forward new ideas is dead– Tatiana Stanovaya, Carnegie Centre

“I think the Kremlin has underestimated the risk coming from the opposition and the protests,” said Stanovaya, who also heads R.Politik, a Paris-based think-tank that studies Russian society.

After almost 20 years with Vladimir Putin at the top of Russia’s government, political stagnation has set in, she says. The protests are a clear indication of the appetite for change.

And prosecutors tried to strip two couples of their parental rights for bringing their toddlers to the anti-government rallies.

Stanovaya says she fears such heavy-handed tactics are bound to become more commonplace. “This is the only instrument they have [left],” she said, referring to the Putin administration. “They are not ready to build dialogue with liberals or the progressive class, so the only instrument they have is the security services.”

“People know how to organize around a cause when they see one, but there is no permanent political force left behind —not in terms of a political movement or a party or structures, or even political demands,” says Lipman.

Still, Tatiana Stanovaya says the current discontent in Russian society right now is “flammable” and she doubts it will take much of a spark to ignite things again. “I think the next campaign will be rather challenging for the Kremlin.”

READ MORE

Commentary for Libération

Donbass : entre Russie et Ukraine, échange de bons procédés

Par Veronika Dorman

Qui perd, qui gagne dans cette entreprise ? Personne et tout le monde, s’accordent les observateurs. «L’échange est équivalent, assure à Libération Tatiana Stanovaya de la plateforme analytique R.Poltik. Et porte un coup aux siloviki [services de sécurité, ndlr] de part et d’autre. Pour la Russie, rendre les marins ukrainiens et Sentsov était une décision très difficile à prendre du point de vue du FSB [dont ces arrestations sont l’œuvre], et pour les services secrets ukrainiens, la livraison de Tsemakh [dont l’arrestation en territoire séparatiste en juin avait représenté une belle réussite] est un choc. Les deux parties ont fait des concessions significatives.»

«Pour Poutine, ça ne change rien, tempère Tatiana Stanovaya. Il sait très bien que tout le monde sait tout. Tout ceci n’est en aucun cas la reconnaissance de quoi que ce soit. C’est un échange égalitaire. D’ailleurs, ni Poutine, ni personne autour de lui ne parle jamais de “prisonniers”.» Le président russe a néanmoins qualifié l’échange «massif» de «bon pas en avant vers une normalisation».

Les deux chefs d’Etat se sont parlé à plusieurs reprises au téléphone durant l’été et les principaux paramètres de l’échange de prisonniers ont été réglés au plus haut niveau. De son côté, Vladimir Poutine est bien prêt à mettre un terme au conflit dans le Donbass, qui empoisonne depuis cinq ans ses relations avec l’Occident, souffle une source diplomatique française. «Ce qui est sous-estimé en Occident, c’est que Poutine ne cherche pas la guerre, abonde Tatiana Stanovaya. Il veut régler le conflit dans le Donbass selon ses propres conditions. Tout le monde est fatigué de la confrontation. Le Donbass coûte cher, pour l’image, pour l’économie, d’un point de vue humanitaire… La Russie n’a pas besoin du Donbass en tant que tel, mais d’un régime légitime prorusse, reconnu par Kiev, avec un statut d’autonomie. Elle a besoin d’instruments internes à l’Ukraine pour bloquer le vecteur atlantiste de Kiev. Voilà le but ultime.»

En attendant, un sommet au format Normandie est prévu à Paris à la fin du mois, et Moscou voit d’un bon œil l’implication active dans le dossier ukrainien d’Emmanuel Macron qui, dans sa démarche d’engagement avec Vladimir Poutine, émerge comme son nouvel interlocuteur européen, alors que l’Allemagne, en pointe sur le conflit depuis 2014, est en retrait ces derniers mois. «Pour Moscou, le changement de rhétorique du président français est le signe que l’Occident commence à devenir raisonnable. La vague antirusse se retire, le bon sens reprend le dessus sur les émotions. La Russie a besoin de quelqu’un en Occident pour expliquer à l’Ukraine qu’il faut respecter les accords de Minsk. Macron peut jouer ce rôle, pense-t-on à Moscou», analyse Stanovaya. Signe de la détermination française à relancer des relations de «confiance et de sécurité» avec la Russie, ce lundi, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et celle des Armées, Florence Parly, rencontrent à Moscou leurs homologues russes Sergueï Lavrov et Sergueï Choïgou pour une réunion du comité consultatif de coopération et de sécurité, pour la première fois depuis l’annexion de la Crimée.

READ MORE

Commentary for AP

Protests over Russian local election make Kremlin nervous

September 7, 2019
“The government can’t offer any vision of the future, any positive agenda,” said Tatiana Stanovaya of the Carnegie Moscow Center. “The authorities treat the public with contempt, and a rift between the government and society is widening.”

“There is a deep rift between the liberal-minded, pro-modernization part of the ruling elite and the conservative and isolationist part that wants to tighten the screws and confront the West and peddles allegations of foreign interference to justify the crackdown on protest,” Stanovaya said.

Last weekend, the authorities abruptly changed course, allowing protesters to march across central Moscow unimpeded even though the demonstration wasn’t authorized. In a sudden show of clemency, the courts also dropped charges against some of those who were accused of involvement in riots and moved a couple of others from jail under house arrest.

The about-face appeared to reflect divisions at the top.

There is no immediate sign that protests could spread to other regions and pose a threat to Putin’s rule.

Stanovaya said that the brewing discontent in the provinces has been driven by social and environmental issues and hasn’t yet focused on Putin. She predicted that political protests will gradually grow across Russia, adding that a violent response by the authorities would only fuel anger and foment more protests.

“It all depends on how stupid the authorities are,” she said. “In Moscow, the authorities’ action led to the escalation of the crisis. The government’s disproportionate response to the opposition actions has radicalized the situation and caused the conflict to expand.”

READ MORE